iStock_000017110127Large

Dans le sud du Québec[1], le nombre de propriétés[2] vendues de plus d’un million de dollars par l’intermédiaire des courtiers immobiliers a fait un bond de 24% en 2015 par rapport à 2014, soit 589 ventes contre 474 l’année précédente (Sources : Centris.ca). Sans surprise, l’unifamiliale la plus chère s’est vendue sur l’Île de Montréal à Senneville au prix 6,760 millions de dollars. Le prix le plus élevé obtenu pour un condo a été de 3,3 millions pour une unité rénovée dans le Sir Robert Peel (construit en 1990) dans le centre-ville de Montréal.

Le prix moyen des propriétés de plus d’un million vendues a atteint de 1,508 millions en 2015. Le prix médian s’élevait à 1,3 millions, ce qui signifie que la moitié de ces propriétés ont été vendues entre 1 million et 1,3 millions, tandis que l’autre moitié des propriété ont été vendues à un prix supérieur.

En 2014, le prix moyen des maisons millionnaires était légèrement plus élevé à 1,518 millions, tout comme le prix médian qui a atteint 1,325 millions$.

Le volume des ventes a flirté en 2015 avec les 900 millions pour s’établir à 888,5 millions contre 719,8 millions en 2014.

Les prix des maisons de luxe sont toutefois stables depuis la grande crise de 2008

En dépit de la hausse du nombre de ventes, les prix médian et moyen n’ont à peu près bougé depuis 8 ans. En 2007, il y a eu 44 ventes millionnaires pour un prix moyen de 1,512 millions et un prix médian de 1,3 millions.

En 2008, il y a eu 192 ventes millionnaires, mais le prix moyen s’est abaissé quelque peu à 1,481 millions, tandis que le prix médian était stable à 1,3 millions$. Cette année-là, la propriété la plus chère s’est vendue à 3,65 millions à Baie-D’Urfé, tandis que le prix le plus élevé obtenu pour condo l’a été pour un penthouse à de 1,995 millions au 20e étage du Port Royal.

Conclusion

Depuis 8 ans dans le sud du Québec, il y a davantage de ventes de propriétés millionnaires, mais le faible écart entre le prix moyen et le prix médian démontre que la très grande majorité de ces propriétés se vendent à un prix inférieur à 1,5 millions.

Par ailleurs, la hausse des ventes des propriétés de plus d’un millions affectent à la hausse le prix médian de l’ensemble des propriétés unifamiliales vendues dans le sud du Québec. Alors, il faut se méfier des données qui annoncent une hausse générale des prix de vente des unifamiliales. Il faut décortiquer pour avoir un portrait plus juste.

À noter qu’en décembre 2015, le prix médian des unifamiliales s’élevait à 295 000$ dans la grande région de Montréal, tandis que le prix médian des condos était à 240 000$.

Comparativement, il s’est vendu à Toronto 11 112 propriétés de plus de un millions de dollars en 2015, soit 19 fois plus qu’à Montréal. À Vancouver, 4 578 propriétés de plus de un millions de dollars ont changé de propriétaire en 2015.

[1] Île de Montréal, Laval, Montérégie, Laurentides, Lanaudière et l’Outaouais

[2] Unifamiliales et condos seulement

À propos de l'auteur
3 articles à son actif

Jocelyn Vaillant

Laissez-nous un commentaire

102 queries in 0,481 seconds.
À propos de ce site
Outils